Samedi 20 Novembre

El Chalten

Réveil à 7h20, ahh c'est trop dur (allez demain on fait une grasse mat!). Douche rapide et nous filons au petit déj où j'avale une tartine avec du thé. Aujourd'hui nous allons... marcher! Oui, ça faisait longtemps.
Petit briefing sur El Chalten. C'est un tout petit village fondé récemment (en 1985) qui connait une croissance depuis quelques années à cause des andinistes (les alpinistes des andes ;)) qui viennent ici pour gravir le fameux Fitz Roy. Ce n'est même pas une municipalité car le nombre d'habitants n'est pas suffisant (autour de 400).
Mais El Chalten, c'est aussi l'autre nom du célèbre Fitz Roy (3405 mètres) l'un des sommets mythiques du monde. Le nom signifie "la montagne qui fume", rapport aux nuages souvent accrochés à son sommet (voire aussi à son pied!!). Le nom de Fitz Roy fut donné par l'explorateur Francisco Moreno en 1877 lors de son exploration de la région. Il choisit ce nom en l'honneur du capitaine Robert Fitz Roy, qui, à l'occasion de son second voyage, l'avait précédé dans l'exploration des sources du Río Santa Cruz en 1834, mais qu'un problème technique obligea à faire demi-tour avant d'atteindre le Lago Viedma. Voilà donc, on est ici pour voir cette fameuse montagne, sauf que... il ne fait pas beau...
Vers 9h, nous quittons l'hôtel à pied en compagnie de notre guide du jour, Luis. Le temps annoncé pour la journée est plutôt mauvais, nous allons donc faire le chemin vers la Laguna Torre. Allez, je crois que je vais sortir le poncho de pluie! C'est vraiment tout gris avec des nuages bas. Le début du sentier nous emmène devant la cascade Margarita.

IMG_7332_redimensionner IMG_7336_redimensionner IMG_7375_redimensionner

Elle a été baptisée du nom de Margaret, une jeune randonneuse anglaise qui a disparu ici 15 ans plus tôt sans qu'on sache si elle était tout simplement rentrée chez elle en Angleterre ou si elle était... morte... Oui, c'est bien lugubre pour commencer la journée!
Nous entamons ensuite la montée proprement dite, à travers une petite forêt faite de troncs d'arbres, vers le mirador d'où on est censé apercevoir la montagne Torre... Le chemin est assez pentu et ce n'est pas très facile. Entre deux bancs de nuages on distingue des montagnes. Finalement, au bout d'une heure et demie nous arrivons au fameux mirador. Sympa la vue non? Si si au fond on voit un peu le glacier, on y croit. Hum.

IMG_7337_redimensionner IMG_7339_redimensionner

Devant ce manque de soleil, la plupart du groupe décide de s'arrêter là... mais moi, ben non, faut que j'aille au bout. Le chemin se poursuit par une descente et à priori ce n'est pas difficile (serait-ce vraiment du quasi-plat?).
En tout cas, Paul et Marylise n'ont pas attendu et se sont déjà engagés, pendant que Marion et moi décidons d'y aller aussi, accompagnées de Luis. Et c'est parti pour une bonne heure de "pas parisien" (comme dans le métro, faut speeder) sur un chemin en descente puis effectivement plat, tout ça pour rattraper nos "marcheurs fous" ;).

IMG_7340_redimensionner IMG_7341_redimensionner IMG_7342_redimensionner

La plupart du trajet s'effectue au milieu d'une forêt hantée, on se croirait dans Harry Potter. Les arbres, contrairement à ce qu'on pourrait penser, ne sont pas laissés à l'abandon mais à l'état sauvage. L'ambiance est vraiment particulière, c'est très sympa. Et en plus on est à l'abri du vent.

IMG_7343_redimensionner IMG_7349_redimensionner

Nous rejoignons finalement Paul et Marylise et continuons notre chemin pour arriver à un premier campement où on trouve de grandes tentes pour les compagnies de trekking. Y'a même des tentes igloo et des lits. C'est ça qu'il nous fallait aux Torres del Paine. Puis Luis nous indique que nous allons partir vers la lagune en passant par les moraines de glacier. Faut faire un peu d'escalade et nous arrivons finalement au bord du lac. Là aussi on aperçoit au fond le glacier (et un petit iceberg qui se balade) mais pas trop les montagnes dans les nuages. Par contre en marchant en haut des moraines, le vent est cette fois bien présent. Y'a deux personnes qui sont en train de pique-niquer là... euh... pas sûre que ce soit la meilleure place.

IMG_7352_redimensionner IMG_7353_redimensionner IMG_7354_redimensionner

Nous descendons au bord de l'eau, je trempe ma main dedans, au bout de 5 secondes elle est congelée (merci Paul pour la photo 2). On distingue aussi les montagnes autour. Mais voilà que soudainement le glacier disparaît complètement, que le vent se lève encore plus, on va se prendre un joli petit grain sur la tête. On file vers le campement De Agostini tout près, mais trop tard, on a été rattrapé, l'arrière de nos jambes s'en souvient encore! Oups, oui, on est trempé, n'est-ce pas Marion? Enfin, moi j'ai mon poncho, je le répète, l'achat le plus rentable du tour.

IMG_7355_redimensionner IMG_7353_1 IMG_7357_redimensionner IMG_7359_redimensionner

On avait décidé de pique niquer là, à l'abri des arbres, sauf que les arbres, ils n'ont pas beaucoup de feuilles, résultat nous mangeons nos sandwichs sous la pluie et dans le froid, pas top. D'ailleurs, conseil de grand mère, ne pas essayer de manger des danettes (j'étais trop contente d'en avoir trouvé au supermarché à El Calafate) quand il pleut, debout et dans le froid! C'est vraiment pas pratique. Du coup, on ne traîne pas vraiment. Seulement deux personnes campent ici, les pauvres... Les conditions sont rudes. En tout cas on a bien fait de venir parce qu'on aura vu le Fitz Roy (enfin, presque, photo ci-dessous ;)).

IMG_7360_redimensionner

Nous repartons donc et là un rayon de soleil apparaît, il a neigé sur les hauteurs. Mais voilà que 15 minutes plus tard, il repleut, enfin le temps d'arriver au mirador et ce sont de gros flocons qui nous tombent dessus. Proverbe patagon: après la pluie... la pluie!

IMG_7367_redimensionner IMG_7368_redimensionner IMG_7385

En approchant d'El Chalten le temps se dégage bien sur les montagnes en face, les couleurs sont vraiment jolies. Et voilà même un rayon de soleil sur le village. Enfin, c'était sans compter une mega rafale de vent qu'on s'est pris en bas, allez hop, la technique de la boule pour laisser passer sans s'envoler.

IMG_7377_redimensionner IMG_7381_redimensionner IMG_7382_redimensionner

Enfin, au cas où, on pouvait toujours s'abriter dans le drugstore.

IMG_7383_redimensionner

Nous retrouvons le groupe attablé à jouer au phase 10. Une petite douche et une autre tempête de neige plus tard, il est temps de prendre l'apéro avec un petit alcool local ressemblant à du Martini.
Pour dîner, nous retournons au même restaurant que la veille. Certains avaient goûté une soupe à l'ail qui était très bonne, du coup nous en prenons une mais avons dû la renvoyer car elle était très diluée. Avec Marion nous nous partageons un lomo, toujours aussi succulent. Et bien sûr un peu de vin là-dessus.
Après le repas, Sylvie, Nico, Marion et moi nous arrêtons pour boire un dernier verre dans un petit café à côté. Un peu de pisco et d'anis, bah, on va encore être bien tiens! En sortant pour rejoindre l'hôtel, je me vois dans l'obligation de jouer au garde du corps de Mariah Carey pour Nico et de lui indiquer où sont les marches "step! step! step!" sinon, on va le perdre.
Allez dodo à minuit, c'est demain la grasse mat c'est ça? Ou alors je mets mon réveil pour voir s'il fait beau et essayer d'apercevoir ce fichu Fitz Roy qui ne veut pas se montrer? Mmm j'hésite...