Jeudi 18 Novembre

Trek Torres del Paine - Jour 3 => El Calafate

Torres3

630_1

J'ai mieux dormi que la nuit dernière, mais quand même le sol, c'est dur... Mon portable sonne à 4h40, je m'habille dans le froid et sors pour aller voir le temps qu'il fait... Je rencontre quelques autres zombies ainsi que Nico qui tel un bernard-l'hermite sort la tête de sa tente pour voir si on monte aux tours ou pas. Mais le ciel est tout gris et nuageux, donc pas la peine. Bouh! Nico peut rentrer sa tête. Retour dans le duvet où finalement je me rendors jusqu'à 7h. Mais quand même, le sol, c'est dur. Il fait froid et un peu humide, vivement ce soir et un bon lit chaud.
Nous allons prendre notre petit déjeuner au refuge histoire de boire chaud justement, ce sera du lait en poudre avec du chocolat... Ca remplit sa mission, ça réchauffe!
Voilà le refuge, et là-haut dans les nuages, y'a les fameuses Torres del Paine... :(

IMG_7038_redimensionner IMG_7039_redimensionner IMG_7040_redimensionner

Nous retournons à la tente pour ranger nos sacs et le fait de ne pas avoir à la plier (la tente), c'est quand même bien appréciable. Avec Marion, nous décidons de partir tranquillement et lentement, parce que le "sol c'est dur", mon dos est un peu en compote et j'ai comme qui dirait quelques courbatures, j'ai décidé de me la couler douce. Je teste aussi la marche avec un bâton pour soulager mes genoux en descente, bâton prêté par Raymond et Hélène.

IMG_7041_redimensionner IMG_7044_redimensionner IMG_7046_redimensionner

Le temps se lève un peu, se couvre un peu, nous rencontrons des chevaux, et là je me dis que j'aurais sans doute bien apprécié le cheval dans ces circonstances.

IMG_7047_redimensionner IMG_7048_redimensionner IMG_7049_redimensionner

Nous atteignons finalement la fin de notre randonnée, on a mis 2h pour descendre.

IMG_7051_redimensionner IMG_7052_redimensionner IMG_7056_redimensionner

Nous arrivons alors dans un superbe hôtel, dont le prix de 7 nuits équivaut au prix total de notre voyage. Le temps de se "déséquiper" (oui, on s'est pris une petite averse à l'arrivée, faut pas pousser, mais j'ai le poncho), nous montons tous dans le mini bus et comment vous dire... il est un peu trop mini, Nico se retrouve au fond coincé au milieu des sacs. Et j’ai oublié le bâton qu’on m’avait prêté. Pfff... j’assure pas. Nous atteignons la sortie du parc après être passés sur un pont vraiment très étroit (genre 2 cm de chaque côté entre le bus et le parapet), où nous allons attendre un autre bus avec la partie du groupe qui n'a pas fait le trek. Nous nous installons sous le porche d'une petite maison et attendons en essayant de pas dormir tout de suite. Il fait bon à l'abri du vent avec un rayon de soleil. Surtout que le car met du temps à arriver. Finalement les voilà, ils ont l'air contents de leur visite chez les pingouins / manchots :)
Nous partons alors toujours plus.. à l'Est? En fait, je ne sais pas trop où on est et où on va, ça me perturbe, non sans nous arrêter pour prendre en photo quelques guanacos et un joli lac bleu bien venté.

IMG_7063_redimensionner IMG_7067_redimensionner IMG_7069_redimensionner

Nous arrivons finalement dans une estancia où nous allons déjeuner. J'ai la dalle, heureusement que j'avais mes barres de céréales. Nous filons directement dans la salle à manger et découvrons notre repas. Mmmmm!!!
Moi qui ne suis pas fan de mouton, j'ai jamais rien mangé d'aussi bon. La cuisson est parfaite, je suis devenue une vraie carnivore. Le tout accompagné d'une bonne petite salade de tomates et d'un flan en dessert vraiment très bon, on est bien hein Tintin? Parait d'ailleurs que certaines ont demandé du rabe de dessert... je ne citerai pas de noms.

IMG_7072_redimensionner IMG_7074_redimensionner IMG_7077_redimensionner

Nous allons ensuite suivre notre hôte dont j'ai oublié de noter le nom, qui va nous faire une démonstration à cheval. Ah y'a du vent, comme c'est étrange. Il met son habit de lumière, et ça on peut dire que c'est de l'éperon! "Demandez à mon cheval"!

IMG_7078_redimensionner IMG_7097_redimensionner

Et sinon malgré le vent, son chapeau tient super bien... Gerard Majax! Bon, j'y connais rien en chevaux donc il nous montre un peu comment il le "manie" (oui, je sais, ce n'est pas le bon mot). Puis voyant que Marion est en "transe" (enfin presque), il accepte de la laisser monter. Elle fait un petit tour hyper concentrée et a l'air ravie. C'est sûr que c'est pas tous les jours qu'on fait du cheval dans une estancia Sud Américaine.

IMG_7084_redimensionner IMG_7090_redimensionner

Il y a aussi le palomino de Jimmy, sauf qu'il n'est pas vraiment équipé. Elle teste aussi. Christian, qui n'a jamais fait de cheval de sa vie, veut absolument essayer. Il parvient à ses fins malgré la réticence du propriétaire... Non, mais n'empêche, faire la première fois de sa vie du cheval ici, c'est quand même la classe!

IMG_7105_redimensionner IMG_7112_redimensionner

Nous avons ensuite droit au rassemblement des moutons avec les chiens, puis à la tonte. Impressionnante la quantité de laine sur ces pauvres bêtes.

IMG_7115_redimensionner IMG_7119_redimensionner IMG_7121_redimensionner

IMG_7125_redimensionner IMG_7131_redimensionner IMG_7132_redimensionner

Mine de rien il est déjà 17h30 et il nous reste pas mal de route à faire. Nous passons la frontière Chili / Argentine (sms pipole reçu, Eva Longoria demande le divorce...!!).

IMG_7134_redimensionner IMG_7135_redimensionner IMG_7136_redimensionner

C'est ici que je découvre la Patagnoie telle que je l'avais imaginée, à savoir d'immenses étendues désertiques. Faut pas que je dorme, faut pas que je dorme. Pourtant y'a de la clôture ici, le "plantage" a été vraiment intensif!!

IMG_7140_redimensionner IMG_7144_redimensionner IMG_7146_redimensionner

Tiens un hôtel au milieu de nulle part.

IMG_7141_redimensionner

Oh, le bus de Scoubidou!

IMG_7149_redimensionner

Oh un nuage!

IMG_7147_redimensionner

Oh, un coucher de soleil.

IMG_7150_redimensionner IMG_7153_redimensionner

Nous approchons de El Calafate. La ville est située près de la rive sud du lac Argentino et sa population s'éleve à environ 9000 habitants.
Son nom vient d'un arbuste épineux caractéristique du sud de la Patagonie, le Berbéris à feuilles de buis, à fleurs jaunes, qui donne des baies de couleur bleu-noir.
La ville fut officiellement fondée en 1927 par le gouvernement argentin, afin de consolider le peuplement de la région et c'est en 1943 que commencèrent les travaux de construction de l'intendance du parc national Los Glaciares dans lequel se trouve, entre autres, le fameux glacier Perito Moreno.
A noter que l'ex-président Nestor Kirchner, originaire de la province, y est mort juste avant notre voyage, le 27 octobre 2010.
C'est aussi par ici que Florent Pagny a son estancia. Mais pas facile de savoir où, au bord de la route, y'a juste des grands portails (un portail, des portaux?) et les bâtiments sont parfois à des kilomètres de là.
Il est 21h30 lorsque nous arrivons à notre hôtel. Il est "adossé à la colline" et y'a plein de marches, et bien sûr nous héritons  de la chambre la plus en hauteur avec des escaliers et encore des escaliers. J'adore!!! Pfff, pourquoi il n'existe pas de sacs volants?
Marion et moi avons trop faim et décidons d'aller explorer les environs à la recherche de nourriture (oui, on n'a pas suffisamment mangé à midi... hum). Juste le temps de "s'arranger" un peu et là Marion qui me sort :
"Attends je me recoiffe, on sait jamais si on rencontre Florent Pagny dans la rue"! LOL!!! oui, c'est c'là oui!
Nous descendons la rue et tombons nez à nez avec une crêperie. Si ça c'est pas un signe. Mmmm, une bonne petite crêpe! Par contre, on a hésité entre la crêpe entière et la demie et forcément on aurait dû prendre la demie parce qu'en fait la serveuse nous a montré la taille de l'entière, sauf qu'elle était pliée en 4. C'est quand même bien bon, y'a des français à la table à côté. On va pas se laisser abattre et enchaîner sur une au dulce de leche en dessert.
Il est 23h30 quand nous rentrons à l'hôtel. Il faut prendre une douche pour un dépoussiérage intégral et faire le journal (j'ai l'impression d'avoir mes devoirs à faire). Résultat, il est 1h40 lorsque on se couche. De mieux en mieux! Mais que c'est bon d'être allongée sur un matelas.